ispira qualite air piscines

piscine trichloramine

QUALITE DE L’AIR DANS LES PISCINES

La qualité de l’air intérieur dans les établissements aquatiques est de plus en plus surveillée. En effet, il s’agit d’environnements spécifiques ; le plus souvent couverts, clos, confinés et accueillant du public. Le confinement y joue un rôle important particulièrement avec la présence dans l’air de produits chlorés volatils et dangereux pour la santé aussi bien des baigneurs que pour le personnel de ces établissements.

Dans les piscines et les centres aquatiques, le principal risque de santé est lié à la formation et à la diffusion dans l’air des halles des bassins de trichloramine et, dans une moindre mesure, de trihalométhanes.

  • La trichloramine (aussi appelé trichlorure d’azote, NCl3) est un agent chimique volatil très irritant. Ce composé peut provoquer des effets aussi bien à court et à long terme comme par exemple des irritations des yeux, de la peau et des voies respiratoires, des rhinites et des asthmes. Ces deux dernières pathologies pouvant être reconnues comme maladies professionnelles. L’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) a proposé une valeur limite sur le long terme dite de confort égale à 0,5 mg/m3, tandis que l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) recommande de ne pas dépasser une teneur de 0,3 mg/m3.
  • Les trihalométhanes (THM) constituent une famille chimique dont le représentant le plus connu est le chloroforme (CHCl3). Il est classé cancérogène probable pour l’homme (groupe 2B) par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer).

Ces composés présents à la fois dans l’eau et dans l’air sont à l’origine de l’odeur caractéristique des piscines et des centres aquatiques. Ils sont les produits de la réaction entre les matières organiques apportées par les baigneurs (sueur, salive, urine, etc.) et le chlore utilisé sous différentes formes pour la désinfection de l’eau. Il s’agit d’un problème majeur de la qualité de l’air intérieur dans les piscines et les centres aquatiques. Les teneurs rencontrées dans ces environnements sont très variables et dépendent de plusieurs facteurs tels que la température de l’eau et de l’air, le degré de chloration, la ventilation des halles des bassins ou bien encore le nombre de baigneurs.

La maîtrise de l’exposition professionnelle à la trichloramine ainsi qu’aux trihalométhanes est rendue complexe dans un environnement soumis à de nombreuses contraintes : forte hygrométrie, maintien d’une température élevée pour le confort des baigneurs, fréquentation très fluctuante, activités variées (sportives ou ludiques), présence éventuelle de spectateurs en gradin, etc.

Les experts d’ISPIRA peuvent vous accompagner sur :

  • La mesure de l’exposition professionnelle liée à la trichloramine et aux trihalométhanes.
  • Les mesures d’ambiance des paramètres dit de confort tel que la température, l’hygrométrie et le dioxyde de carbone (CO2), les composés chlorés, etc… dans le but de réaliser une cartographie de votre halle de bassin, et ainsi travailler sur l’amélioration de la sécurité et l’optimisation de la consommation énergétique liée à la ventilation.
  • La mise en place d’actions de prévention afin de limite l’exposition à ces composés.
  • La mise en place d’un système de renouvellement d’air asservi aux variations de la concentration de CO2.
  • La mise en place d’un système d’extraction d’air asservi pour garantir un taux de trichloramine inférieur au seuil recommandé par l’ANSES (0,3 mg/m3).
error: Content is protected !!