pollution atmospherique

Les pollutions de l’air

La pollution de l’air, tout le monde en a entendu parler. Les pics de pollution donne droit à des affichages sur les panneaux routiers pour baisser sa vitesse afin de réduire les émissions de polluants. La pollution de l’ère est présente au quotidien avec des effets sur la santé de plus en plus connus.

Que signifie pollution de l’air ?

Le conseil de l’Europe nous donne la définition suivante :

“Il y a pollution de l’air lorsque la présence d’une substance étrangère ou une variation importante de la proportion de ses constituants est susceptible de provoquer un effet nuisible, compte tenu des connaissances scientifiques du moment, ou de créer une gêne”.

La définition la plus courante de la pollution atmosphérique est celle proposée par la loi sur l’air (30/12/1996-Livre II, Titre II du code de l’environnement) :
“L’introduction par l’Homme directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives”.
Si la définition de la pollution atmosphérique réserve cette notion aux émissions des activités humaines, d’autres composés considérés comme polluants peuvent être émis par certaines mécanismes naturels, catastrophiques ou non : volcanisme, incendies, marécages, physiologie des organismes vivants… Il s’agit de composés comme le dioxyde de carbone, le méthane, les particules en suspension…
Dans ce cas, les activités humaines n’ajoutent pas un nouveau composé à la composition de l’air, mais augmentent artificiellement les concentrations présentes naturellement.

 

15 000 litres d’air respiré par jour

L’air est composé d’environ 78 % d’azote, 21 % d’oxygène est 1 % de gaz divers dont décomposé ébloui par l’être humain. Les polluants de l’air représentent moins de 0,05 % de la composition de l’air, mais cette fraction, si faible puisse-t-elle paraître, peut avoir un impact important sur la santé et les écosystèmes. Les polluants franchissent les barrières de défenses naturelles avec de multiples conséquences sur la santé ( Voies respiratoires, bronches, cœur…).

 

Quelles sont les différentes pollutions de l’air ?

Toute activité faite par l’Homme génère dans l’air ambiant, des polluants. Ces derniers sont plus ou proue en grandes quantités. Néanmoins, ces polluants sont différents selon la source d’émissions. Les sources de pollution de l’air sont nombreuses. Certaines, comme les sources de pollution extérieure : trafic routier, activité industrielle… sont connues. Les pollutions intérieures comme fumée de tabac, utilisation de produits de bricolage… sont bien moins connues. D’autres sont encore moins connues, c’est le cas des pesticides, des pollens et des nuisances olfactives, considérées comme une pollution au sens de la gêne occasionnée.

La qualité de l’air que nous respirons dépend de la quantité de polluants émis et des conditions météorologiques qui les dispersent plus ou moins. De plus, les gaz à effet de serre émis par de nombreuses activités humaines influent sur le climat.
Ainsi, il est important de garder en mémoire que l’air a de multiples facettes : odeurs, air extérieur des différents environnements (urbains rural, proximité de sources…) mais aussi air à l’intérieur des bâtiments ou modes de transports confinés (tunnel, métro, voiture…).

 

Quelles sont les sources de pollution les plus fréquentes ?

 

  • La combustion due aux véhicules, chaudières industrielles et résidentielles, chauffage au bois, machines, brûlages de déchets végétaux…est une réaction chimique à l’origine de nombreux polluants : les oxydes d’azote (NOx), le dioxyde de soufre, le monoxyde de carbone, les particules fines pour les plus connus. Ces polluants provoquent chez les individus des effets directs sur la santé. Pire, ils provoquent un processus chimique : Ozone, gaz à effet de serre.
  • Les émissions de poussières qui proviennent des exploitations de carrières, activités agricoles, usure des routes, des pneus et des plaquettes de freins, envolements de poussières minérales… produisent des mises en suspension de particules fines qui s’ajoutent aux autres sources.
  • Les fuites fugitives et les évaporations, notamment de composés organiques ou de carburants peuvent être présents sur tous les sites industriels, mais également les réservoirs des véhicules et des chaudières. L’évaporation des composés organiques présents dans les produits de bricolage ou de ménage et dans les matériaux de construction sont également une source de pollution significative à l’intérieur des bâtiments.

 

Quels polluants surveiller ?

 

Les polluants surveillés dans l’air ambiant extérieur, ou indicateurs de pollution, sont choisis en fonction de trois critères :

  1. ils sont caractéristiques d’une source de pollution(industries, transports, chauffage…) ;
  2. leurs effets néfastes sur l’environnement ou la santé sont connus et quantifiés;
  3. des techniques de mesure adéquates sont disponibles.

 

Les principaux polluants atmosphériques se classent en deux grands groupes:

  1. les polluants primaires, sont principalement émis dans l’atmosphère à partir d’une source de pollution (gaz d’échappement,usines, chaudières individuelles…), comme les particules, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre et le monoxyde de carbone ;
  2. les polluants secondaires, comme l’ozone, ne sont pas directement émis par une activité mais proviennent d’une transformationchimiquedes polluants primaires dans la basse atmosphère.

 

La grande majorité des polluants surveillés dans l’air ambiant fait l’objet de réglementations nationales et européennes, pour la plupart fondées sur des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

 

Source de pollution extérieure et intérieure ?

 

Il n’est pas possible de dissocier l’air extérieur de l’air intérieur. Où que nous soyons, nous respirons en moyenne 15 000 litres d’air par jour. Pour améliorer la qualité de l’air dans les établissements recevant du public, ISPIRA vous accompagne. 

 

Autres articles touchant à ce sujet :

Pic de pollution aux particules fines : Contrôler, comprendre et agir

Particules fines : Quels risques pour la santé ?

Parcs de stationnement couverts : Quels risques sanitaires liés à l’air pour les employés et les utilisateurs ?

Mesure des retombées atmosphériques

Fumées de bitume : Risque pour la santé

L’ozone est-il un polluant ou un gaz à effet de serre ?

Risque Formol au bloc opératoire

Contrôle d’hygiène d’air dans les ateliers

Pourquoi mesurer la qualité de l’air dans les bureaux ?

NOx : les oxydes d’azote

Le danger des chloramines à la piscine

Qualité de l’air : pourquoi la mesurer ? 

La qualité de l’air au cœur de la future réglementation thermique et environnementale

Réaliser une étude d’impact environnemental efficace et dans les règles de l’art

Le mobilier présent dans les crèches et écoles peut-il émettre des polluants dans l’air ?